Ponctualité: lettre ouverte à la SNCB

Chère Madame SNCB (désolé d’être sexiste, mais pour être aussi compliquée, la SNCB est sans doute une femme!),

Instagram - Voyageurdurail

Je tiens, par la présente, à vous faire part de mon mécontentement. Cela concerne la ponctualité de vos trains.

Navetteur empli de bonne volonté, j’ai toujours fait fi des critiques, articles, remarques et statistiques (officielles ou non), concernant d’éventuels problèmes de ponctualité de votre part.

Mais la réalité m’a tout bonnement rattrapée et c’est avec horreur que j’ai vécu cet intense drame qui, je vous l’avoue, m’a profondément bouleversé. Je vous relate donc ci-après les faits tels que je les ai vécus:

Instagram - Voyageurdurail

Cette mésaventure s’est produite le mardi 28 mai. Quittant mon travail, je me rends à la gare la plus proche. Là, par chance, mon train est à l’heure. J’embarque, m’installe, n’imaginant pas encore tout ce que j’allais vivre.

Le train démarre, tout se passe bien. Trop bien en fait. J’aurais dû avoir l’attention attirée, la puce à l’oreille… c’était trop beau! Le voyage se passe et mon train arrive en gare de Liège-Guillemins.

Je jette un oeil aux panneaux d’affichage et me rend sur un autre quai pour prendre ma correspondance à destination de Pimprenelle-les-Oies. Là, le tableau m’affiche 17 minutes de retard, somme toute habituel. Je ne m’alarme donc pas.

Instagram - Voyageurdurail

Instagram - VoyageurdurailLes minutes s’égrènent, je m’occupe en jouant avec mon smartphone et en prenant des photos (ben oui, on s’occupe comme on peut!) Je vous invite d’ailleurs à suivre mon compte Instagram pour vous rendre compte du nombre de photos que j’ai le loisir de prendre en attendant vos trains…

Instagram - Voyageurdurail

Bref, selon le panneau d’affichage, il me reste encore 5 minutes à attendre lorsque, tout à coup, surgit au loin, tel un cow-boy dans le brouillard, mon train!

Je ne vous dis pas le choc… Un train qui arrive avec 5 minutes d’avance sur le retard prévu. Permettez-moi de vous dire que c’est un scandale. Si votre société n’est même plus capable de respecter ses retards, où va-t-on? Tout fout le camp ma bonne dame, ça, c’est certain. Mais imaginez le nombre de personnes qui pourraient être victimes d’un arrêt cardiaque ou d’une trop forte poussée d’adrénaline dans ce genre de situation. Et bien entendu, comme cela est toujours le cas avec vos services, aucune annonce micro n’a annoncée cette nouvelle incroyable.

Continuez comme cela et bientôt vos trains seront à l’heure, motivant les automobilistes à délaisser leur voiture au profit du train, ce qui aurait pour désastreuse conséquence d’avoir des wagons encore plus bondés qu’aujourd’hui.  Lamentable.

C’est pourquoi, Madame SNCB, je vous invite à prendre les mesures qui s’imposent, dans les plus brefs délais, pour qu’à l’avenir, vos trains respectent leurs retards. C’est bien la moindre des choses.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame la SNCB, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Le Voyageur du Rail

Pourquoi les femmes sont de plus en plus séduites par le train?

A l’occasion de la journée de la femme, la SNCB indiquait ceci: « Le train séduit de plus en plus les femmes »

Avant d’avoir lu plus en détail, et surtout d’avoir vu la vidéo qui en fait met en avant les femmes qui travaillent à la SNCB (le titre était légèrement trompeur), je me suis posé cette question quasi existentielle: « Mais qu’est-ce qui séduit les femmes dans le fait de voyager en train? »

Et là, une solution s’imposait, faire une liste des « pour » et des « contre » avec ma vision toute masculine (et sans doute machiste, désolé)! Sans doute que certains points pourraient parler aux hommes aussi… Vive l’égalité des sexes après tout.

Ce qui est top, en tant que femme, et m’encourage à prendre le train:

  • C’est nettement moins dangereux pour me maquiller qu’au volant de ma voiture
  • Fini les problèmes de pneu crevés où, soit je salissais mes mains voire mes vêtements (car je suis une femme indépendante et autonome), soit j’appelais « au secours » (je ne vais quand même pas me salir les mains)
  • Fini les créneaux, les manoeuvres foireuses…
  • Cool, je peux même me faire de nouvelles copines avec qui papoter durant tout mon trajet
  • Ce calme… Pas de bruits de klaxon dans les embouts vers Bruxelles, le rêve
  • De jolis garçons, mmmmmh
  • Station essence? Connaît plus. Un abonnement mensuel et je suis tranquille. Plus de problème pour se souvenir de quel côté de la voiture se trouve le réservoir
  • Woaw, j’ai même le temps de lire mon magazine préféré ou de jouer sur mon smartphone
  • Tous ces navetteurs qui peuvent voir à quel point je suis trop bien looké… La chance qu’ils ont!
  • Adieu les PV pour GSM au volant. Je ne vous regrette pas

Ce qui flop, en tant que femme, et me décourage à prendre le train:

  • Souvent, ça ne sent pas la rose. Horrible pour mon nez délicat
  • Mais pourquoi j’ai commencé à papoter avec cette nana… Elle est rasoiiiiiiiiiiiiir
  • Je hais la promiscuité et toi, monsieur le pervers, arrête de me mater
  • Au moins, dans ma voiture, je choisis ma musique et ne subit pas celle du voisin
  • Bon ok, lorsque je venais au boulot en voiture, j’étais déjà en retard… mais là, franchement, c’est pénible!
  • Non mais, ras-le-bol de tous ces tocards qui me bousculent pour entrer ou sortir du train
  • Euh, ça sert à quoi d’être à la mode si c’est pour être en mode sardine vu qu’il n’y a que 2 voitures sur 6?
  • Grrr, mais pourquoi il y a autant de tunnels? La couverture réseau, c’est zéro… Quant à la 3G, quand le train roule, n’en parlons pas.
  • Courir après ma correspondance? Courir? Euh, c’est une blague? J’ai des talons…
  • En voiture, chauffage à fond j’arrive à peine à me réchauffer en hiver. Sur le quai de gare, je ne vous raconte même pas

Bien entendu, c’est loin d’être exhaustif. N’hésitez pas à compléter… Toutes les bonnes propositions seront ajoutées🙂

Et pour voir la vidéo de la SNCB, c’est par ici: Le train séduit de plus en plus les femmes 

Game Over

Pour s’occuper durant leur voyage en train, certains jouent à des jeux vidéos… Et ils peuvent être mauvais perdant!

Voici quelques temps, je revenais, une fois n’est pas coutume, de Bruxelles en train. A quelques banquettes de moi, un jeune homme s’installe et sort sa console portable. Sans doute histoire de passer le temps.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. C’était sans compter sur la venue de l’accompagnatrice de train. Celle-ci débarque dans la voiture et annonce qu’elle souhaite voir les titres de transports… Notre gamer sort son Go Pass, qu’il n’avait manifestement pas complété. Bien entendu, l’accompagnatrice lui tombe dessus.

Là, le mec, en joueur chevronné, tente plusieurs stratégies pour remporter la partie:

  1. « Heu ouais, c’est parce que je n’ai pas eu le temps de le compléter… »
  2. « En fait, je n’avais pas de bic… »

Manifestement, la journée avait été dure et longue pour l’accompagnatrice, qui lui fait bien comprendre qu’il faut pas la prendre pour une cruche. C’est ce moment que choisi ce jeune homme pour sortir l’argument fatal:

Lui: « Ouais, ben en fait, j’allais quand même pas le compléter sans savoir si vous alliez passer… »
Elle: « En clair, vous êtes en train de me dire que vous fraudez »
Lui: « Non, pas du tout. C’est juste que je ne voudrais pas gaspiller mon Go Pass pour rien »
Elle: « Bon ok, je vous mets une amende. Si vous payez de suite, c’est autant, sinon c’est X fois plus. Par ailleurs, votre Go Pass est annulé et confisqué. »

Là, le mec s’emballe, essaye de prendre les passagers voisins à partie (sans succès vu qu’il est très clairement en tort): « Je m’en fous, je ne payerais pas. Et puis vous ne pouvez pas me prendre mon Go Pass, rendez-le moi et bla bla bla… »

Peine perdue, l’accompagnatrice reste de marbre, prend ses coordonnées et lui tend le papier d’amende. A peine a-t-elle quitté la voiture que notre fraudeur s’exclame, de manière à ce que chacun entende, qu’il s’en tamponne et, ni une ni deux, il déchire en 1.000 morceaux son papier.

Moralité: quand on joue, il faut savoir accepter de perdre. Pas vu, pas pris. Pris, pendu… Et là, c’est clair… c’est Game Over!

Une petite vidéo pour se faire plaisir! Et si le futur, c’était aussi ça:

Bon, vu le prix annoncé de +/-1.500 dollars, j’attendrais la version pearle opticien🙂

Je hais les parkings… surtout quand il y a de la neige!

Il y a quelque chose de formidable dans ce pays. Dès qu’il neige, tout semble paralysé. Tout le monde a l’air surpris, comme s’il eut été impossible d’anticiper pour mieux réagir…

C’est ainsi que malgré son plan hiver le réseau du rail subit la poudreuse de plein fouet, accumulant les retards et autres problèmes. Néanmoins, c’est également l’occasion de vous parler des parkings… Précisons d’emblée, je hais les parkings! Alors quand il y de la neige, c’est encore pire.

Remettons d’abord les choses dans leur contexte: la gare de Pimprenelle-les-Oies d’où je pars, dispose d’un parking. Point positif, celui-ci est totalement gratuit. Il dispose également d’une soixantaine d’emplacements (j’avoue ne jamais avoir compté) répartis sur deux côtés. Ce qui est déjà pas mal… mais trop peu! De septembre à janvier, vous pouvez presque oublier d’y trouver une place. Merci d’avance aux étudiants qui abandonnent leurs études. Par la suite, cela dépend des jours.

Quoi qu’il en soit, les personnes de bonne éducation qui ne parviennent pas à trouver un emplacement, sur la rangée de gauche ou de droite, ont la décence d’aller voir au-delà, sur le parking de plusieurs services publics situé juste après. Les autres connards gens (souvent des jeunes, mais pas que), peu scrupuleuses, ont l’horrible manie de se stationner entre les deux files, perpendiculairement aux voitures situées à leur gauche ou à leur droite (vous suivez?).

Dès lors, si vous êtes garés à gauche ou à droite, il devient difficile de sortir votre véhicule de votre emplacement. Voici quelques mois, il a fallu l’aide de deux personnes durant 5 minutes pour me guider (à l’avant et à l’arrière de ma voiture) tant les possibilités de manoeuvres étaient réduites à quelques centimètres de part et d’autre.

Avec la neige, c’est encore pire. L’autre jour, en arrivant à la gare entre 18h et 19h, quelle ne fut pas ma joie de découvrir que la seule voiture parquée au beau milieu du jeu de quilles bloquait la mienne… Pas de bol! Au bout de 10 min, où j’ai dû faire preuve d’un sang froid digne d’un maître zen, avec des pneus qui voulaient jouer à Holliday on Ice, lorsqu’enfin je suis parvenu à sortir de cette enfer, j’ai une une envie terrible: sortir de mon véhicule et « faire du mal » à la voiture qui m’avait tant posé problème. Un instant, un seul, j’ai envisagé le pire: crever quelques pneus, briser une vitre, voire le pare brise ou que sais-je. Simplement pour relâcher le stress et l’énervement accumulé. Après tout, le conducteur l’aurait bien mérité non?

Oui, c’est mal. Et c’est sans doute pourquoi j’ai finalement pris la route, pour rentrer calmement chez moi. Mais que celui qui, dans pareille situation n’aurait pas eu la même envie me jette la première pierre… ou la jette sur la voiture mal stationnée, cela lui apprendra à ce con-ducteur!

Histoire de passer le temps sous la neige, deux vidéos sympa sur le thème de Paris:

Vous avez toujours rêvé de visiter le Louvre, voir la Joconde de près, approcher au mieux la Victoire de Samothrace ou encore la Vénus de Milo, mais la foule vous rebute? Cette vidéo est pour vous!

Une carte de voeux originale, qui présente les différents quartiers de Paris, en noir, en blanc et en musique…

Pendant ce temps, à la SNCB…

Ceci est de la pure fiction… ou pas!

Réunion au sommet des dirigeants de la SNCB, voici quelques mois. Le Ministre de Tutelle, que nous appellerons Mister P. pour préserver son anonymat, est également présent. Des heures sombres s’annoncent, les ennuis sont clairement en vue.

Des micros espions nous ont permis de capter les propos suivants:

« Bon les gars, c’est la cata, annonce un haut-responsable. Notre budget est au bord du gouffre, il va être très difficile de mener à bien tous les projets d’investissement. Holala, qui va annoncer à M. le Premier Ministre qu’on risque de ne pas construire sa belle gare? Tant pis, on n’a qu’a arrêter les investissements sur plusieurs lignes, notamment en Province de Luxembourg. Ils n’avaient qu’à pas aller vivre au fin fond du monde tiens! »

C’est l’angoisse, et le stress monte d’un cran lorsque Mister P prend la parole: « Et en plus, il va falloir réformer la SNCB. Je fais tout ce que je peux pour sauver un maximum de postes, mais on va devoir passer de 3 à 2 entités… Et ça va faire grogner les syndicats et les écolos qui voudraient une seule structure intégrée. Pas simple à faire passer comme pilule… »

Cri d’effroi, une personne s’évanouit et est évacuée de la salle.

Un autre directeur général en remet alors une couche: « M’sieur le Ministre, vous allez rire mais le plan de transport qui doit être prêt pour le mois de décembre (NDLA: 2013) aura un an de retard, veuillez nous en excuser. »

« Prout, prout, prout, que va-t-on faire, s’inquiète Mister P.. Un plan de transport pour améliorer la ponctualité qui est en retard, une réforme structurelle et des investissements qui risquent de tomber à l’eau, on va se faire lyncher de toute part…  »

« J’ai une idée, s’exclame une des personnes présentes, il suffirait de détourner l’attention. Un truc qui focaliserait l’attention des gens et qui nous permettrait de faire glisser le reste en douceur, genre ni vu, ni connu. »

« Ah ouais, pas bête« , se félicitent les autres. « Mais quoi? »

« Ben j’ai sous les yeux un listing reprenant les données privées des usagers du rail… On n’a qu’a balancer ça sur le net en toute discrétion et attendre que quelqu’un le remarque. Vous verrez, on ne parlera plus que de ça dans les médias et l’opinion publique! »

Suite à un problème technique, nos micros n’ont pu enregistrer la suite… Allez savoir ce qui s’est passé!🙂

Jingle bells Infrabel

Merci à @BenDupuis, qui m’a autorisé à reprendre son post. N’hésitez à suivre son excellent blog http://bendupuis.wordpress.com/:

J’avoue, l’annonce m’a fait sourire.  « L’application Railtime vous réveille juste avant d’arriver à destination ! » Elle est pas belle, la vie de navetteur ? Un petit roupillon et dring dring pour ne pas vous retrouver, hirsute et hagard, à 50 km de votre destination favorite. On pense à tout pour notre petit confort ! Mais…

La première condition, bien sûr, c’est de disposer d’un smartphone ou d’une tablette, et de télécharger l’application Railtime, très bien faite au demeurant, bravo aux concepteurs. Si vous n’avez pas cette chance, et bien contentez-vous des annonces du micro crachouilleurde l’accompagnateur de train, du réveil du GSM ou de vos sens en alerte.

La deuxième condition est tout aussi fondamentale… Il s’agit de pouvoir dormir dans un train. Personnellement, je n’y arrive qu’en fin de journée, en été, dans les trains non climatisés. Le four SNCB, y’a rien de mieux comme anesthésiant. J’envie donc ceux qui parviennent à basculer du côté obscur de la force tranquille, que ce soit en mode bouche ouverte, ronflements tonitruants, écroulés sur la banquette, la tablette ou le voisin, voire camouflés sous des couches de vêtements. Le top classe était cet homme d’affaires, dans un Thalys (si, si, je l’ai pris une fois dans ma vie…), avec un élégant cache yeux noir, style Zorro sans regard.

Ces explorateurs du pays des songes, je les admire aussi, parce qu’ils bravent le risque de bosse contre la vitre ou d’étalement dans l’allée centrale au moindre aiguillage agressif. Inconsciente et salvatrice dextérité que voilà…

Vive les dormeurs, donc ! Preuve de leur invincibilité ferroviaire, ils ont d’abord réussi à trouver une place assise. En 17 ans de mobilité SNCB, le somnambule est, avec – dieu merci  ! -le terroriste,  à peu près le seul profil qui ne se soit pas encore imposé à moi. Rien ne peut perturber les roupilleurs. Ni un groupe de potes qui papotent bruyamment sur le cours de leur vie, ni trois mères de famille parlant sans s’écouter mutuellement de leurs gosses ou de leur mec, ni des joueurs de cartes survoltés, ni les lecteurs Mp3 à fond dans l’écouteur. Rien. La communauté des dormeurs du rail, c’est le village gaulois qui n’a pas besoin de potion magique pour résister à tous les envahisseurs. Tous, sauf un, évidemment: le fameux Ticket Control Team. Là, rien à faire, ils sont cernés et forcés à émerger, même avec l’abo en évidence sur la tablette. Loi du plus fort contre loi du sommeil.

Et voici donc qu’Infrabel crée une arme supplémentaire contre Morphée, le réveil de l’application Railtime. J’ai essayé sur IPad, le résultat n’est guère concluant et le FAQ ne répond pas à ma question. Dommage, car je n’ai pas pu vérifier si elle tient compte, ou pas, des retards… Parce qu’être arraché au sommeil à une demi-heure de sa destination, ça la fout plutôt mal. Trêve de sarcasmes, cela dit. Gadget ou pas, saluons l’innovation. On peut être dans l’ère du temps et en retard en même temps. Et puisque Noël approche, chantons ensemble : Jingle bells, Infrabel

La fin du monde, le rail… et vous

Un sombre calendrier maya le prédit, on nous rabat suffisamment les oreilles avec cela, la fin du monde, c’est pour demain ou presque!

Ne soyez pas tristes, toutes les bonnes choses ont une fin, c’est inéluctable. De nombreux escrocs experts le confirment, de plus en plus de gogos personnes acceptent l’évidence, on est foutus.

Tout ça c’est bien joli, allez-vous me dire, mais quel rapport avec le sujet de ce blog? Simple, chers amis navetteurs: puisque nous arrivons au bout du voyage de la vie, il est temps de la considérer autrement… et surtout d’en profiter.

Pourquoi renouveler votre abonnement ou acheter un ticket, puisque dans un mois tout est fini. Lorsque votre accompagnateur de train vous demandera d’afficher votre titre de transport valable, voici plusieurs manières de (ré)agir:

  • Prenez un air contrit, dépité, et demander à cet homme/cette femme comment, à moins de quelques semaines de la fin de tout, il peut encore s’attacher à autant de choses matérielles aussi dérisoires qu’un ticket de train.
  • Montrez-lui la bonne bouteille que vous êtes en train de vous siffler avec vos amis navetteurs pour profiter « comme il se doit » de ces derniers instants. Invitez-le à boire avec vous.
  • Adoptez l’attitude du prophète de l’Apocalypse. Munissez-vous d’un bon vieux drap blanc, tancer la foule et surtout l’accompagnateur de train, reprochez-leur les péchés qu’ils ont commis et qui nous conduisent droit vers le chaos, le jugement dernier!

Bien entendu, de tels comportements auront des conséquences. Mais qu’importe. Savourez ces instants: une interpellation par Securail vous permettra de découvrir les coulisses de votre gare favorite, une amende pourra être utilisée dans une bataille de boulettes de papiers avec vos amis navetteurs. De toute façon, tout sera fini au soir du 21/12/2012.

Le chanteur Corneille demandait dans une de ses dernières compositions ce que nous ferions le jour après la fin du monde… Moi, je sais: je paierai mes amendes et renouvellerait mon abonnement!